vendredi 4 août 2017

25/06/2017 Bordeaux-Blaye en bateau

Bordeaux-Blaye en bateau
Départ : quai des Queyries à proximité du Pont de pierre
72 participants

Le dimanche 25 juin, notre club a effectué une mini-croisière sur la Garonne puis sur l'estuaire (Eh oui..., il nous arrive de nous déplacer autrement qu'à pied !). Nous avons embarqué quai des Queyries à Bordeaux sur le Burdigala pour une promenade de 2 heures qui nous a fait découvrir les rives de la Garonne puis celles de la Gironde. Au Bec d'Ambès, nous avons retrouvé notre chère Dordogne et nous avons poursuivi notre périple dans l'estuaire jusqu'à Blaye. Là, nous avons fait une escale de 3h nous permettant de visiter la citadelle. Le retour s'est fait aussi par le fleuve.
Tout au long de la journée, un guide très compétent nous a présenté et commenté le circuit et nous a fait visiter la citadelle. 
De l'avis de tous les participants, une journée intéressante et réussie qui, par bonheur, s'est déroulée sous une météo favorable, entre la période de canicule et celle des orages.


(cliquer sur les images pour agrandir)

Le lieu d'embarquement
Depuis le quai des Queyries










Pendant 14 ans, le croiseur Colbert a été amarré sur les
quais des Chartrons en tant que musée. 
Après 8 ans en Bretagne, dans l'oubli, il est de retour à 
Bassens il doit être démantelé.


Château rive gauche

Une jalle est un cours d'eau qui se jette dans la Garonne.


Vers l'estuaire



Les deux cabanes sont des kiosques de type « chinois »
construits en 1889 à la demande des frères Dussaud,
acquéreurs du domaine en 1858. Ils ont été édifiés en
souvenir de ceux qu'ils possédaient en Argentine.



L'Arawak est un ancien thonier du port d'Etel,
reconverti en bateau-promenade

Rive droite



Pétrolier italien sabordé par la marine allemande
le 26 août 1944

Ile Verte : S’étirant sur 12 km de long, trois anciennes
îles de l’estuaire de la Gironde, l’Île Verte, l’Île du Nord
et l’Île Cazeau ont été réunies au milieu du XIXe par des
digues et des remblaiements pour n’en former qu’une,
la Grande Île.
Propriété du conservatoire du littoral depuis 2011,
elle a été habitée jusqu'en 1977
Complexe militaire de 38 hectares bâti entre 1685
et 1689 par l'architecte militaire François Ferry,
supervisé par Vauban.

L'un des deux accès à la place forte. Édifiée en 1689,
cette porte est précédée d'un pont dormant et d'une
demi-lune.


Réalisée en 1685, elle est l'un des deux accès à la
citadelle. Son système de défense est très sophistiqué :
deux ponts-dormants, une demi-lune, une poivrière et un
vestibule de forme ovoïde barré par deux ponts-levis.

Ancien château fort des seigneurs de Blaye (XIIe siècle),
il est intégré à la citadelle par Vauban. Transformé en
logis pour les gouverneurs militaires de la place, il est
 remanié au XVIIe siècle

Vue sur l'estuaire

Pique-nique dans l'enceinte de la citadelle










Tout comme les autres îles de l'estuaire, celle-ci a été
formée par l'accumulation d'alluvions fluviales et de sables
d'origine océanique, portés par le flux régulier des marées.
Située au large de Blaye, elle abrite l'un des trois forts
édifiés au XVIIe par Vauban afin de défendre Bordeaux :
le fort Paté.


Au fond de cette rue se trouve le couvent des Minimes ,
un ensemble monastique érigé sous le règne d'Henri IV
afin de servir de lieu de culte à la garnison établie dans
l'ancienne place forte. Désacralisé, il se compose d'une
église flanquée d'un clocher trapu couronné d'un dôme,
de bâtiments conventuels et d'un cloître .



Le bastion des pères est l'un des quatre bastions de la
citadelle. Il doit son nom aux religieux de l'ordre des
Minimes, dont le couvent est situé non loin.
Aménagé en 1689 sur les plans de Vauban, il est bordé
de guérites en pierre surmontées de fleurs de lys.




Vaste ensemble semi-enterré qui date de 1739.
Sur trois niveaux, il comprend un sous-sol divisé en
casemates, une salle de soins au rez-de-chaussée
et une seconde salle au premier étage.


C'est l'une des portes médiévales de l'ancienne ville-haute
de Blaye, détruite au XVIIe siècle pour laisser place à la
citadelle. Édifiée au XIIIe, elle est composée d'une porte
ogivale surmontée d'une tour barlongue, agrandie au XVIIe
afin de servir de logement aux officiers.

Edifié au XVIIe siècle, face à l’ancienne prison.
Marie-Caroline duchesse de Berry y fait un séjour en
captivité, emprisonnée le 15 novembre 1832 sur ordre de
Louis-Philippe après avoir tenté de soulever la Vendée afin
de rétablir son fils, le duc de Bordeaux, sur le trône.
La bâtisse, servant alors de logement au commandant de la
Place a  été remaniée pour accueillir cette prisonnière.







Retour vers Bordeaux



Le château de Lormont (ou château des Archevêques dit
château du Prince Noir). Édouard Plantagenêt, surnommé
le Prince Noir (), prince de Galles, comte de
Chester, duc de Cornouailles et prince d'Aquitaine, fils
aîné d'Édouard III d'Angleterre, y aurait résidé.
Propriété des archevêques de Bordeaux au XIVe siècle.
En
1453, les négociations de la fin de la guerre de Cent

Ans s’y sont déroulées.



Retour vers le pont de pierre